Sur le plan du dépistage  
  Gestion de la somnolence  
  Sur le plan médicamenteux  
  Pour consulter un spécialiste du sommeil  
 
  Sur le plan du dépistage  
 
  Si vous souffrez d’hypersomnie et que vous souhaitez faire le point avec votre médecin généraliste référent, voici les différents éléments qui pourront vous aider à améliorer vos connaissances sur votre trouble du sommeil et son traitement.  
 
 
  • Remplissez au préalable l’échelle de somnolence d’Epworth et remettez-la à votre médecin. Si le score est supérieur à 10, il s’agit d’une somnolence élevée.


  • Remplissez également l’agenda du sommeil pendant 3 semaines consécutives. Evaluez votre temps de sommeil quotidien. S’il est inférieur à 6h par jour, commencez par augmenter votre temps de sommeil pour essayer de diminuer votre somnolence dans la journée. Si votre temps de sommeil est compris entre 6h et 7h30, essayez également de récupérer plus de sommeil en semaine et le week-end.
  •  
     
  • Indiquez à votre médecin votre consommation quotidienne de café et éventuellement celle d’autres excitants : thé, boisson énergisante, soda caféiné (cola), comprimé de vitamine C...
  •  
     
  • Enfin, faites le point sur tous les traitements que vous avez pour d’autres maladies. Certains peuvent en effet entraîner une somnolence (voir sur le site dans la rubrique : Diagnostic > Autres causes d’hypersomnie).
  •  
     
      Gestion de la somnolence Retour en haut de page
     
      Si vous souffrez de somnolence :
    • Restez au lit au moins 8h par 24h. Ajoutez-y si possible une à deux siestes quotidiennes de 15 à 20 minutes, de préférence en début de journée et en fin d’après midi.
    • Evitez la conduite automobile en particulier pour les longs trajets monotones.
    • Profitez des périodes de monotonie, d’inactivité ou de transport en commun pour récupérer un peu de sommeil.
     
     
      Sur le plan médicamenteux Retour en haut de page
     
      Votre médecin traitant pourra vous prescrire sur simple ordonnance un traitement éveillant de première catégorie, l’adrafinil (Olmifon®), si vous relevez des conditions de prescription mentionnées dans le guide Vidal (dictionnaire des médicaments).  
     
      Pour consulter un spécialiste du sommeil Retour en haut de page
     
      Si ces différentes mesures s’avéraient insuffisantes, votre médecin traitant peut vous orienter, en fonction des différents symptômes associés, vers un spécialiste du sommeil.

    Pour vous aider dans cette démarche, vous pouvez télécharger sur le site une lettre-type à faire compléter par votre médecin traitant et à adresser au médecin spécialiste du sommeil. Ce courrier permettra de réduire les délais d’attente, souvent longs de plusieurs mois, pour obtenir un rendez-vous de consultation dans un centre du sommeil.

    Vous trouverez également sur le site la liste des centres de diagnostic agréés par la SFRMS (Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil).
     
     
    Dernière modification le 20/05/2008 19:10:32